Les grands bâtisseurs du Catholicisme

Publié par France-Trotter le

Les grands bâtisseurs du catholicisme

Intro : La France est aujourd’hui une république laïque. Une part importante de ses habitants se revendiquent comme laïc, tandis que les croyants ne sont plus exclusivement des catholiques, ou des protestants, mais ils sont aussi musulmans, juifs ou encore bouddhistes. Malgré le déclin important de la place du catholicisme dans la société et dans le débat public, les traces de son prestige d’antan sont encore bien visibles dans notre quotidien : les saints, les jours fériés, les monuments, les cloches qui sonnent, etc. Cependant, l’origine du catholicisme en France et les différentes facettes de son importance sociale et politique ne sont pas forcément connues. Alors, aujourd’hui nous nous focaliserons sur les bâtisseurs du catholicisme en France qui ont construit les plus beaux édifices religieux français.

1145 - 1506 : La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Entre le XIIe et le XIIIe siècle, le pays connait une forte croissance de la démographie urbaine. Cette croissance permit au Royaume de France de s’enrichir énormément. Ainsi, les autorités catholiques profitèrent de cette manne pour transformer leurs anciennes cathédrales romanes en de gigantesques cathédrales gothiques. Appuyés par la monarchie, certains évêques eurent l’ambition de créer les plus gros et plus beaux temples pour prier Dieu. C’est la période des grands bâtisseurs du catholicisme.

Le premier que je retiendrai est l’archevêque de Rouen, Hugues III d’Amiens. En 1145, il ordonna la construction de la nouvelle cathédrale de Rouen. Sa décision fut prise après sa participation à la cérémonie d’inauguration de l’Abbaye de Saint-Denis, en 1144. Il la trouva tellement sublime et grandiose qu’il décida de faire passer la cathédrale de la capitale de son évêché dans une autre dimension. Il lança, tout d’abord, la construction de la Tour Saint-Romain, tour gauche de la façade. Puis il fit embellir l’intérieur de la cathédrale. Avant de s’attaquer à une partie de la façade.

Pourtant, le chantier ne fit que commencer. Après lui, il faudra de nombreux autres archevêques et de nombreuses décennies pour finir l’ouvrage. Les travaux continuèrent jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Puis, ils reprirent, en 1370 pour encore plus d’un siècle. Il faudra attendre 1506 pour voir véritablement la fin des travaux. Elle est aujourd’hui le véritable symbole d’une ville qu’il faut absolument visiter.

Temps de construction : 361 ans

Dimensions actuelles de la cathédrale :

  • Longueur : 144 m
  • Largeur : 61,60 m
  • Hauteur : 82 m (151 m pour la flèche)
La Cathédrale Notre-Dame de Rouen
La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

1163 - 1345 : La Cathédrale Notre-Dame de Paris

Le deuxième grand bâtisseur de cette période est Maurice de Sully, l’évêque de Paris. Dès sa prise de fonction en 1160, cet homme d’église eut de grand projet pour son épiscopat. Son rêve de restructurer l’organisation urbaine de Paris afin d’améliorer les conditions de vie de ses fidèles. Il entreprit donc rapidement une grande série de travaux :  des ponts, des percements de rues, des églises, des abbayes et des hôpitaux. Il ordonna aussi les travaux de l’actuel Hôtel-Dieu.

Néanmoins, sa plus grande œuvre reste la Cathédrale Notre-Dame de Paris, dont il initia la construction en 1163. Maurice de Sully, toujours très proche du pouvoir royal, puisqu’il étudia avec le futur Roi de France Louis VII, profita de ce soutien pour commencer les travaux d’une nouvelle cathédrale. En réalité, il n’en avait pas besoin. Une cathédrale, certes beaucoup plus petite, avait été inaugurée quelques années auparavant dans l’épiscopat. Cependant, pour l’évêque cela ne suffisait pas. Alors que de nouvelles cathédrales gigantesques commençaient à être construites partout dans le royaume, il pensait que Paris, la capitale du royaume, devait avoir une cathédrale digne de son rang. Ce que la ville obtint après presque deux siècles de travaux.

Temps de construction : 182 ans

Dimensions actuelles de la cathédrale :

  • Longueur : 127 m
  • Largeur : 48 m
  • Hauteur : 69 m (la flèche culminaient à 96 m)
La Cathédrale Notre-Dame de Paris
La Cathédrale Notre-Dame de Paris

1211 - 1345 : La Cathédrale Notre-Dame de Reims

Le troisième des grands bâtisseurs du catholicisme en France, quant à lui, l’est plutôt par défaut. Reims, la ville des sacres des Rois de France a vu sa cathédrale brûler en 1210. Or, il était impensable que le centre de la légitimité divine des rois ne possède pas une cathédrale opérationnelle. C’était à Reims, que le premier Roi de France (ou plutôt des Francs) Clovis se fit baptisé par Saint-Rémy (voir l’article ici). C’était aussi à Reims que se fit couronner l’Empereur d’Occident et fils de Charlemagne, Louis le Pieux. De plus, depuis le sacre du Roi de France Henri 1er, en 1031, la tradition fit de Reims et de sa cathédrale, le lieu de sacre de tous ses successeurs.

Il était donc indispensable de reconstruire une cathédrale à Reims. Dès l’année suivant le drame, en 1211, l’archevêque de Reims, Albéric de Humbert, posa la première de la cathédrale que nous connaissons aujourd’hui. Pourtant à l’époque il fut décrié. En effet, certains l’accusaient d’avoir été l’instigateur de cet incendie pour justifier la création d’une cathédrale plus imposante. A cette époque, la tradition du sacre pouvait échapper à Reims. D’autres villes en avaient déjà accueilli par le passé. Il était donc possible de voir, à l’avenir, des rois choisir une autre ville pour une cathédrale plus majestueuse et plus digne de leurs rangs. Surtout que comme nous l’avons vu, d’autres cathédrales, plus impressionnantes, étaient en construction ailleurs. Cependant, on ne saura sans doute jamais si cela fut volontaire.

Quoi qu’il en soit, il fallut attendre un peu plus d’un siècle, en 1345, pour finir les travaux principaux de la nouvelle Cathédrale Notre-Dame de Reims.

Temps de construction : 134 ans

Dimensions actuelles de la cathédrale :

  • Longueur : 149,17 m
  • Largeur : 61,25 m
  • Hauteur : 87 m
La Cathédrale Notre-Dame de Reims
La Cathédrale Notre-Dame de Reims

1220 - 1402 : La Cathédrale Notre-Dame d'Amiens

Le dernier des plus grands bâtisseurs du catholicisme en France dont j’aimerai parler est l’évêque Évrard de Fouilloy. Lui aussi, le fut par défaut. En 1218, la foudre s’abattit sur la cathédrale et mit feu à la charpente. L’évêque n’avait plus le choix, il fallait faire des travaux. Alors, quitte à les faire, il décida d’en construire une beaucoup plus grande. L’évêché fit donc rapidement commencer les travaux en 1220 et ils ne furent pas très difficiles.

A cette époque, Amiens était proche du richissime Comté des Flandres. Elle en profita pour se spécialiser dans la confection de teintures dont le monopole fut attribué à l’évêché. Il lui permit d’en tirer des revenus substantiels qui permettront de financer facilement les besoins du chantier. De plus, le premier architecte en chef, Robert de Luzarches, mit en place une rationalisation des procédés de construction. Il décida que la construction de la cathédrale ne s’effectuerait qu’avec quatre modèles de pierres taillées. Ainsi, il simplifia les techniques de l’époque et cela marqua une étape importante pour l’amélioration des chantiers médiévaux àson époque.

Malgré tous ces avantages apparents, il faudra quand-même attendre 1402 pour voir la construction s’achevée. Cette lenteur s’expliqua par la difficulté qu’eurent les ouvriers à finir une des deux tours. Le terrain de la cathédrale était trop pentu pour la réalisation des travaux.

A la fin des travaux, la Cathédrale Notre-Dame d’Amiens devint la cathédrale la plus vaste de France. Ce fut un record important à cette époque où les évêchés voulaient tous avoir une cathédrale plus grosse que celle de leurs voisins et c’est le véritable atout touristique de la ville.

Temps de construction : 182 ans

Dimensions actuelles de la cathédrale :

  • Longueur : 145 m
  • Largeur : 70 m
  • Hauteur : 42,30 m (112 m pour la flèche)
La Cathédrale Notre-Dame de Amiens
La Cathédrale Notre-Dame de Amiens

966 - XIVe siècle : Le Mont-Saint-Michel

Je ne pouvais pas terminer mon article sur les bâtisseurs du catholicisme en France sans parler brièvement de ceux du Mont-Saint-Michel. Même si d’autres édifices méritaient une place dans cet article, comme l’Abbaye de Cluny, par exemple, le Mont reste un monument à part. Il est sans aucun doute le plus beau et le plus impressionnant des édifices religieux français.

Cependant, le Mont n’a pas de bâtisseur officiel. Il y aurait le Duc de Normandie, Richard 1er qui y fit construite une première église en 966. Sauf qu’au XIe siècle, les chanoines reconstruisirent une nouvelle abbatiale qui posa l’origine de celle que nous connaissons aujourd’hui. Ensuite, ce sera lors des siècles suivants que le Mont se développera véritablement. Au XIIIe siècle, le Roi de France, Philippe Auguste fit une donation au Mont-Saint-Michel qui permit la construction de plusieurs bâtiments, dont le cloitre et le réfectoire. Puis la Guerre de Cent-Ans conduisit à la construction de fortifications pour se protéger des invasions anglaises.

Abbaye du Mont Saint-Michel
L'Abbaye du Mont Saint-Michel

Les principales villes des bâtisseurs du catholicisme​

Retrouvez les principales villes des des bâtisseurs du catholicisme​ ​dans mes Cartes aux Trésors. Nous découvrirons ensemble leurs plus beaux monuments.

Paris

Amiens

Suivez-moi et commentez les bâtisseurs du catholicisme

Suivez-moi sur Instagram

4 Publications par semaine pour illustrer mes articles de blog à venir.
Pleins de stories chaque semaine : mes visites , des énigmes, des anecdotes historiques, des conseils visites, des jeux réguliers

Suivez-moi sur Facebook

Toutes mes publications blog et Instagram

Une mise en perspective d’événements historiques tous les mardis. Retrouvez l'explication de trois faits s'étant produit à des années différentes, la même semaine


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *